Standard-Oil

Comment l’industrie pétrolière a conquis le monde et surtout notre santé?

https://youtu.be/ySnk-f2ThpE

J’ai résumé et traduit le contenu de la vidéo. Même si la vidéo est en anglais, je vous recommande de la visionner car les images sont très parlantes. Je vous propose de lire d’abord le résumé et ensuite de regarder la vidéo.

Résumé :

Pour comprendre la médecine « médicaments » d’aujourd’hui, il faut se replonger dans l’histoire des États-Unis et plus particulièrement dans l’histoire de l’industrie pétrolière.

« Comment l’industrie pétrolière a conquis le monde » est une enquête brillante menée par le journaliste James Corbett.

James Corbett nous révèle que :

« De l’agriculture jusqu’à la médecine, du diesel jusqu’à nos assiettes, du pétrole jusqu’au plastique, il est impossible de penser à un secteur de notre vie moderne sans que celle-ci ne soit touchée par l’industrie pétrochimique. L’histoire du pétrole est l’histoire de notre monde moderne. Et c’est l’histoire de ceux qui ont contribué à façonner ce monde, et de comment cette pétro-oligarchie qu’ils ont créée est sur le point de contrôler la vie elle-même ».

Corbett nous relate l’histoire sordide de cette pétro-oligarchie d’aujourd’hui et tandis que la plupart des gens connaissent le nom « Rockefeller », peu de gens connaissent la véritable histoire de la montée au pouvoir des Rockefeller.

L’Industrie Pétrolière — Une Industrie Fondée sur la Traîtrise et la Tromperie

L’histoire débute dans la campagne de l’État de New-York au début du XIXème siècle avec William Avery Rockefeller un véritable « serpent vendeur de pétrole » qui prend le nom fictif de Dr Bill Livingston N’étant ni médecin ni spécialiste du cancer, Rockefeller ou soi-disant « Dr Livingston » parcourt les routes de campagne pour vendre son «huile de roche » tonique pour le traitement du cancer- «un mélange de laxatifs et de pétrole totalement inutile » selon Corbett. William Avery Rockefeller a eu trois femmes et plusieurs enfants. Il prit le nom de Bill Livingston après son inculpation pour viol en 1849. L’un de ses enfants était John D Rockefeller qui est devenu le premier milliardaire du monde après avoir fondé la compagnie pétrolière «Standard Oil ».

Comme Corbett le note :

“Quand il ne disparaissait pas de la maison et de ses enfants, une fois pendant des années, [William Avery Rockefeller] leur enseignait toutes les tromperies de son commerce. Il s’était même vanté une fois de sa technique d’éducation parentale « J’enseigne la triche à mes garçons à chaque fois que j’en ai l’occasion. Je veux qu’ils deviennent des durs…”

Le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui est le monde créé à l’image du “diable” Bill. C’est un monde fondé sur la triche, la trahison et la naïveté d’un public bien trop sage pour s’apercevoir des complots que les Rockefeller et leurs semblables ont utilisés pour façonner le monde depuis un siècle et demi ».

La naissance de l’industrie pétrolière

En 1859, du pétrole fut découvert en Pennsylvanie et il ne se passa pas beaucoup de temps avant que les foyers et les usines du monde entier utilisent cette huile. Toutes sortes de prospecteurs arrivèrent en Pennsylvanie pour trouver de “l’or noir. Parmi eux se trouvait un comptable, John D Rockefeller bien décidé à faire fortune.

Le monopole de Standard Oil

Après une série de partenariats et d’acquisitions sur une période de sept ans, John D. Rockefeller intégra finalement la compagnie Standard Oil de l’Ohio en 1870.

Selon le rapport :

« L’année suivante, il mit tranquillement en place ce qu’il appela “notre plan”- sa campagne dévastatrice pour dominer l’industrie volatile du pétrole. Rockefeller savait qu’il pourrait éliminer ses concurrents les autres raffineurs avec des coûts de transport les plus bas. Il entra en alliance secrète avec les chemins de fer “The South Improvement Company” en échange de cargaisons importantes et régulières. Tandis que les raffineurs se débattaient pour payer les taux de fret qui augmentaient, il y avait une compagnie inconnue jusqu’alors qui en était exempt. Sur toutes les lèvres, il n’y avait qu’un seul mot et c’était « conspiration ».

À quarante ans, John D. Rockefeller contrôlait 90 pour cent des raffineries de pétrole mondiales. Quelques années après (début des années 1880), il contrôlait aussi 90 pour cent du commerce du pétrole et un tiers de tous les puits de pétrole. Il avait le monopole” international” de ce qui allait devenir le marché des matières premières.

Dans les pas de Rockefeller se trouvait une poignée d’autres familles riches comme les Nobel, les Rothschild, la famille royale néerlandaise et le millionaire William Knox D’arcy qui fut le premier à trouver du pétrole en Perse.

Ces « barons du pétrole » devinrent immensément riches et tandis que des milliards de gens devenaient de plus en plus dépendants du pétrole dans tous les aspects de la vie quotidienne, ils gagnèrent un pouvoir et une influence énormes. Le pétrole aurait pu être remplacé par d’autres ressources sans la manipulation malicieuse de ces pétro barons

La mort de la voiture électrique et autres coups de chance

L’avènement de l’ampoule électrique prit une bonne part sur le marché de la lampe à pétrole et menaça temporairement le monopole du pétrole. Mais la lampe à pétrole fut rapidement remplacée par le besoin en essence pour faire rouler le moteur à combustion en deux temps, inventé par l’ingénieur allemand Karl Benz.

En 1888, la première voiture à moteur fut mise sur le marché et les profits de l’industrie du pétrole furent encore sécurisés. Mais là encore leur monopole n’était pas garanti sur la durée. La première voiture électrique avait été construite en 1884 et vers 1887 les voitures électriques gagnaient en popularité à Londres. Au début du 20ème siècle, 28% des voitures vendues aux États-Unis étaient aussi électriques.

Comme le note Corbett:

 » Les voitures électriques avaient l’avantage sur les moteurs à combustion interne.Ils ne nécessitaient pas de changements de vitesse ni de démarrage à la main et n’avaient pas les vibrations, les odeurs ou le bruit des voitures à essence. »

La chance frappa encore quand en janvier 1901, un énorme puits de pétrole fut découvert à Spindletop, à l’Est du Texas. Le puits donnait 100 000 barils par jour et ce boom du pétrole permit de baisser le prix de l’essence et du gaz. Il ne se passa pas longtemps avant que le moteur électrique trop cher ne soit abandonné au profit de gros moteurs bruyant gourmands en carburant qui dominaient la route. »

La Cour Suprême des États-Unis voulut mettre un terme au monopole de John D Rockefeller par la dissolution de la compagnie Standard Oil le 15 mai 1911 mais cette même dissolution permit à Rockefeller de diviser sa compagnie en de multiples entités. Les actions de Standard Oil triplèrent en valeur et quelques années après, la valeur de Rockefeller s’élevait à 2% de l’économie totale des États-Unis.

« Pour les barons du pétrole, la leçon de la montée incessante de Rockefeller était évidente : au plus le monopole était poursuivit de manière impitoyable au plus le contrôle pouvait se faire d’une main de fer; au plus on convoitait le pouvoir et l’argent, au plus on était récompensé ,À partir de ce moment-là, ils décidèrent qu’aucune invention ne ferait dérailler les majors pétrolières de leur quête pour un contrôle total. Aucune compétition ne serait tolérée. Aucune menace pour les oiligarches ne serait autorisée ».

L’éthanol

Tandis que la voiture électrique fut éliminée avec succès sécurisant des profits gigantesques aux barons du pétrole, une autre source de compétition se profilait à l’horizon : l’alcool.

Henry Ford avait conçu son automobile Model T de façon à ce qu’elle puisse rouler à l’essence ou à l’alcool. ou à tout ce qui pouvait être fermenté.

Rockefeller élimina la compétition en soutenant les mouvements anti-alcool de l’époque et la formation du parti de la Prohibition en 1869. La prohibition le servit sur les restrictions de production d’éthanol et tandis que le prix de l’éthanol grimpait, son attirance comme source de fuel alternative s’arrêta.

Tandis que le moteur à compression fut inventé, La Générale Motors avait diagnostiqué un problème de performance sur les moteurs. Le problème venait du carburant. Ce problème était résolu en ajoutant 10% d’alcool à l’essence ce qui éliminait les bruits de martelage, produisait une combustion propre sans particules fines et augmentait la puissance du moteur. Cependant, Générale Motors avait aussi trouvé que le bruit de martelage du moteur pouvait être éliminé de la même manière si à la place de l’éthanol, on ajoutait du plomb. Le plomb bien qu’on le savait hautement toxique avait l’avantage d’être bon marché et d’augmenter leurs profits. Si Générale Motors choisissait l’éthanol à la place du plomb, l’industrie pétrolière perdait 10 à 20% du marché

En ajoutant du plomb, l’industrie pétrolière avait un produit qu’elle contrôlait entièrement. Par conséquent, Standard Oil conclut un partenariat avec Générale Motors qu’ils appelèrent Ethyl Corporation.

Ils firent la publicité de ce nouveau produit en le nommant avec le doux prénom d’une femme Ethyl pour maquiller et rendre attractif un produit hautement toxique : l’essence avec du plomb.

L’essence au plomb devint la norme et pendant 80 ans, d’innombrables gens furent intoxiqués, devinrent fous  et moururent à cause de cet additif neurotoxique qui a été imposé au public dans le but unique de rapporter beaucoup d’argent à Rockefeller.

L’industrie pétrolière achète et démantèle secrètement le système des transports publics.

En 1936, Rockefeller et Générale Motors prirent part à la transformation du transport public. Seulement 10% des gens possédaient une voiture et la plupart utilisaient le réseau de lignes électriques pour se déplacer. En remplaçant ces voitures électriques par des bus gourmands en carburant, l’industrie pétrolière avançait d’un pas encore à l’intérieur de l’économie du pays. En 1936, le cartel du pétrole avait secrètement acheté et démantelé les principales lignes du pays

Bien que les machinations du cartel concernant la suppression des infrastructures des transports en commun, fut découverte et révélée au public, l’amende fut de 5000 dollars et le directeur des lignes du Pacifique fut condamné à payer un dollar !

Ensuite, ils mirent en place l’affaiblissement du système ferroviaire. En 1953, le président de la Générale Motors Charles Wilson fut nommé Ministre de la Défense et avec Francis DuPont, Chef administrateur des autoroutes fédérales, ils firent construire le plus grand projet publique de l’histoire des États-Unis : le réseau des autoroutes entre les États.

Par conséquent, l’utilisation des lignes ferroviaires déclina de 84% entre 1945 et 1964, tandis que l’utilisation de voitures individuelles monta en flèche, et avec elle la vente de carburant qui augmenta de 300% au cours de la même période. Les voitures étaient aussi utilisées en Europe, sécurisant le futur et la puissance de l’industrie pétrolière

Le rapport nous livre les détails derrière la pénurie de gaz et la crise financière des États-Unis au début des années 70, en nous révélant comment le Groupe Bilderberg, créé en secret par le Prince Bernhard des Pays Bas en 1954, a réussi à imposer un nouveau système financier non plus fondé sur l’or mais sur le pétrole : pétrodollar – un système qui garantissait aux barons du pétrole un contrôle sans précédent sur l’économie mondiale.

Je rappelle que la seule personne qui s’était opposée au pétrodollar était le Général de Gaulle qui sera mis au placard et remplacé par le Directeur Général de la Banque Rothschild, Georges Pompidou. Et voici l’individu qui pourrait devenir Président de la République plus vite qu’on ne s’y attend. Emmanuel Macron chez Rothschild

La Transformation de Rockefeller

En son temps, John D. Rockefeller était méprisé. Tout cela changea quand il engagea Ivy Ledbetter Lee, qui inventa le business des relations publiques comme nous le connaissons maintenant. On filmait John D en train de distribuer des sous aux pauvres et on le décrivait publiquement comme un homme charmant qui avait le cœur sur la main. Ces petites manigances marchaient mais Rockefeller avait besoin d’aller encore plus loin pour vraiment gagner la confiance du public.

Comme Corbett le souligne :

« Afin de mettre les gens dans sa poche, il devait leur donner ce qu’ils voulaient et ce qu’ils voulaient n’était pas difficile à comprendre : c’était l’argent. Mais juste comme son père, le diable Bill, lui avait appris à faire dans toutes ses entreprises, Rockefeller s’assurait d’être toujours le grand gagnant. Il ferait don de sa grande richesse pour créer des institutions publiques, but ces institutions seraient utilisées pour manipuler la société selon sa volonté.

Il devait donc modifier la société de bas en haut. En 1852, l’éducation était privée et décentralisée et les gens avaient en général une solide culture en histoire et en science. Mais une nation d’individus capables de penser par eux-mêmes était inenvisageable pour les pétrobarons. Ils avaient besoin d’une masse de travailleurs obéissants.

L’Emprise Sur L’Éducation

Le premier grand acte de charité de John D. Rockefeller fut la création de l’Université de Chicago ainsi qu’un don de 180 millions de dollars pour l’établissement du Conseil Général de l’Éducation. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces actes de charité n’avaient pas pour but de promouvoir l’éducation mais de la contrôler et de l’appauvrir pour contrôler le peuple.

La Stratégie Efficace Qui Élimina la Médecine Naturelle

Il remodela ainsi le système d’éducation américain en altérant l’enseignement de l’histoire afin de promouvoir une vue du collectivisme et en altérant l’enseignement de la médecine afin de transformer sa pratique. La médecine naturelle basée sur l’utilisation des plantes était la norme et Rockefeller entreprit de changer cette norme vers une industrie médicale basée sur l’utilisation de produits chimiques dérivés du pétrole. Afin de réaliser cet objectif, il créa en 1901, l’Institut Rockefeller pour la Recherche Médicale et il mit Simon Flexner pour le diriger.

« Son frère, Abraham Flexner, était professeur et il fut mandaté par la Fondation Carnegie pour écrire un rapport sur l’état du système éducatif médical. Son étude ‘The Flexner Report,’ ainsi que les centaines de millions de dollars que les Fondations Rockefeller et Carnegie allaient arroser sur la recherche médicale contribuèrent à balayer radicalement le système médical traditionnel.

La médecine naturelle et homéopathique, les soins médicaux utilisant des remèdes et des cures naturels non brèvetables devaient désormais être considérés comme du charlatanisme. Seule la médecine allopathique fondée sur l’utilisation de médicaments et nécessitant des procédures médicales coûteuses  et de longs séjours à l’hôpital devait être prise au sérieux…
Les fortunes de Carnegie, Morgan et Rockefeller finançaient la chirurgie, la radiologie et les médicaments synthétiques. Ils avaient mis sur pied ce qui allait devenir la nouvelle économie médicale…Les barons du pétrole ont donné naissance à l’industrie médicale grâce à leurs propres centres de recherche qui créent les médicaments grâce aux produits de leurs propres compagnies pétrochimiques et ils vendent ces médicaments comme « traitements ».

L’Emprise du Système Financier et la Création d’un Monopole Alimentaire

La puissance financière de ces géants de l’industrie pétrolière est désormais insondable, mais leur but était de contrôler le système financier dans son intégralité. Ce fut effectivement accompli avec la création de la Réserve Fédérale en 1913 lors d’un meeting secret sur l’Ile Jekyll et au cours duquel les détails du plan ont été décidés. Parmi les participants se trouvaient le beau-père de John D. Rockefeller junior, le sénateur Nelson Aldrich et des banquiers. Plus tard, dans les années 50, James Stillman, le petit fils du frère de John D.Rockefeller devint le responsable de la National City Bank, tandis que David Rockefeller, le petit fils de John D.prit les commandes de la Chase Manhattan Bank. Mais ça ne leur suffisait pas.

« Allant de succès en succès en consolidant leurs monopoles dans toutes les catégories des activités humaines, l’ambition des barons du pétrole devint encore plus grande. Cette fois, leur but était de renforcer leur contrôle de l’approvisionnement alimentaire à l’échelle mondiale et là encore, ils utilisèrent la philanthropie pour couvrir leurs intentions, »Corbett explique.

La Fondation Rockefeller finança la « Green Revolution » qui conduit à l’introduction de produits chimiques dérivés du pétrole dans l’agriculture, ce qui transforma rapidement l’agriculture aux États-Unis mais aussi dans le monde.

Le programme “Food for Peace” du Président Lyndon Johnson rendit obligatoire l’utilisation de technologies et de produits chimiques dérivés du pétrole en fournissant des subventions aux agriculteurs et les pays qui n’avaient pas les moyens de payer se sont vus accorder des prêts du Fond Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale.

Ensuite ce fut « La Révolution Génétique” et comme le note Corbett :

« Les acteurs impliqués dans la “Révolution Génétique” (Gene Revolution) sont presque les mêmes que ceux impliqués dans la “Révolution Verte” (Green Revolution) avec I.G. Farben, Bayer Crop Science et BASF Plant Science et s’associent avec les compagnies traditionnelles des barons du pétrole comme Dow Agro Science, DuPont Biotechnologie, et bien sûr, Monsanto, toutes financées par la Fondation Rockefeller… »

Le Jeu Final : Monopoliser la Vie

Corbett réussit à résumer un nombre incroyable d’informations en une petite vidéo et voici ce qu’il nous livre en dernier lieu :

Ceux qui sont ignorants de l’histoire sont tenus de la répéter, et si cette histoire nous dit quelque chose, c’est que si nous ne savons pas ce qui s’est vraiment produit, nous allons être trompés encore et encore parce que le jeu final de cette oligarchie du pétrole est en train de se réaliser- si nous les laissons faire.

Comme Corbett le dit en conclusion

« L’emprise sur l’éducation, la médecine, le système monétaire, l’alimentation montre que le but était bien plus grand qu’un simple monopole du pétrole : C’était la quête pour monopoliser tous les aspects de la vie, afin d’ériger le système parfait pour contrôler tous les aspects de la société d’où pourrait émerger la menace de la concurrence à leur puissance- Mais les barons n’ont pas encore fini.

Leur projet suivant lancé à la fin du 20èmè siècle, est presque trop ambitieux pour pouvoir être compris…Il s’agit de prendre le monopole sur la vie Ils ont passé des décennies à préparer le terrain et mobilisé toutes les ressources au service de cette tâche. Et la vaste majorité de la population mondiale, jouant encore le jeu de la coquille que les barons ont perfectionné et abandonné il y a longtemps, est encore sur le point de tomber droit dans leurs mains. »

Posted in Cause des maladies and tagged .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *